Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 21:47
Cette vidéo vous permettra de découvrir les principaux monuments, les bords de Meuse et les bâtiments remarquables de Verdun, le tout rythmé par une musique qui nous vient d'un pays où le soleil brille autant qu'ici. Oui bon... d'accord, il s'agit d'un groupe français.

Bien évidemment, il y a beaucoup d'autres endroits à visiter dans Verdun. Ce n'est là qu'un début, juste pour marquer les quatres premiers mois d'existence de ce blog.

Bonne visite !




Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Verdun : la ville
commenter cet article
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 20:52
Carte de vigilance météorologique diffusée le dimanche 27 mai 2007 à 16h00.

Fort coup de vent de nord-ouest sur les côtes du Finistère à la Charente Maritime ainsi que des Côtes d'Armor au Cotentin.

Limitez-vos déplacements et renseignez vous avant de les entreprendre. Prenez garde aux chutes d'arbres ou d'objets. N'intervenez pas sur les toitures. Rangez les objets exposés au vent.

Si vous habitez près de Verdun, sortez vos parasoles et vos tapis de bains, préparez-vous un petit coktail et installez-vous confortablement dans votre jardin les doigts de pieds en éventails pour le siroter en écoutant de la musique hawaïenne.

Alerte météo
Repost 0
Published by Bertaga - dans Verdun : la ville
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 16:52
La brigade Anti-MousseA cheval sur leur puissant quad, gantés de cuir, arborant fièrement leur casque argenté et leur uniforme flamboyant, ils sont arrivés de nulle part au petit matin, armés de leurs pulvérisateurs.

Ils ont arpenté les rues du quartier, une par une, consciencieusement, afin de déceler la moindre petite trace de mousse ou de mauvaise herbe. Et ils les ont exterminés d'un jet de vapeur toxique.

Du travail de professionnel. Avec la Brigade Anti-Mousse rien ne repousse !

Commandez votre Brigadier anti-Mousse sur le site de Playmobil

Article connexe :

Repost 0
Published by Bertaga - dans Verdun : la ville
commenter cet article
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 10:22
L'Ossuaire de DouaumontSi une baraque de planches faisait office d'ossuaire provisoire dès 1919, ce n'est que le 7 août 1932 que fût inauguré le monument définitif dont le cloître, longue voûte de 138 m, recouvre les restes de plus de 130 000 soldats non identifiés (Google Maps).

C'est aux architectes Léon Azéma, Max Edrei et Jacques Hardy que nous devons cette oeuvre qui sera financée par des souscriptions et des fonds privés. Le bâtiment de l'ossuaire de Douaumont, dont la construction débutera en 1920, représente une épée enfoncée en terre jusqu'à la garde, qui seule émerge avec la poignée servant de lanterne. Au centre, la Tour des Morts, dispose en effet d'un phare de 4 feux rayonnant sur le champ de bataille et d'une cloche, "le bourdon de la victoire", qui résonne aux cérémonies importantes.

Cette tour en forme d'obus, de 46 m et 204 marches, aux 4 faces portant 4 croix symbolisant les points cardinaux, offre une vue panoramique sur le champ de bataille avec une table d'orientation. De là on aperçoit en contrebas, le "Cimetière National", qui contient 16 142 tombes sur 144 380 m², les tombes musulmanes étant orientées vers la Mecque.

Notons qu'à l'époque il s'agit avant tout d'un lieu de recueillement et de prière (le Président du Comité de l'Ossuaire était Mgr Ginisty, Evêque de Verdun). On ne parle pas encore de "devoir de mémoire" ou de "réconciliation" et on ne peut s'affranchir d'un ressentiment qui se manifestera alors dans la distinction entre les tombes blanches des vainqueurs et celles, noires, des vaincus. Ce n'est que le 22 septembre 1984, avec la rencontre symbolique entre François Mitterand et le chancelier allemand Helmut Kohl, que sera définitivement scellée la volonté commune de rapprochement entre les deux peuples qui s'étaient déchirés sur les champs de batailles de Verdun 68 ans auparavant.

Le bâtiment abrite également une chapelle ainsi qu'un musée où reposent des reliques des villages détruits, des vues stéréoscopiques en relief du champ de bataille, ainsi... que de nombreuses armes.

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 21:08
Péniche sur la MeuseAujourd'hui je suis allé à la poste, j'ai donc emprunter la promenade de la digue afin de profiter du paysage (Google Maps).

En passant près de l'écluse du Clair de lune j'avais bien vu qu'un opérateur jouait du muscle pour l'ouvrir, mais je n'avais pas repéré la péniche qui arriva bientôt dans mon dos, et me fit sursauter d'un coup de corne de brume.

Elle passa près de moi telle une anguille (une grosse anguille je vous l'accorde) puis fila, silencieuse, jusqu'au port de plaisance où elle sommeille encore.
Repost 0
Published by Bertaga - dans Verdun : la ville
commenter cet article
19 mai 2007 6 19 /05 /mai /2007 17:33
Le jardin du musée de la PrincerieCette belle nuit fût l'occasion pour nous (comprendre Casimir et Bertaga) de découvrir de la façon la plus originale qui soit le musée de la Princerie (Google Maps).

Je reviendrai plus en détail dans d'autres articles sur le bâtiment qui abrite ce musée et sur la Société Philomatique de Verdun à qui l'on doit les différentes collections de préhistoire, d'archéologie gallo-romaine et mérovingienne, les sculptures et objets d'art du Moyen-Âge et de la Renaissance, les taques de cheminée du XVème siècle, les armes anciennes et les peintures de l'Ecole française du XIXème siècle.

Bref, intéressons-nous à ce qui a fait la particularité de cette visite nocturne. Tout d'abord l'entrée, qui était exceptionnellement gratuite, se faisait par la Place de la Libération. Les éclairages colorés mis en place pour l'occasion mettait en valeur les arbres majestueux du jardin ainsi que le cloître.

La visite elle-même débuta par une découverte de la salle médiévale à la lampe torche. Statues pieuses, gravures, chapelle, gargouilles, apparaissent par intermitence au hasard des faisceaux de lumière, faisant apparaître des détails, projetant des ombres. Alors qu'une visite en plein jour invite à observer les oeuvres dans leur globalité, cet éclairage particulier tend à se focaliser sur des zones restreintes auquelles on n'aurait peut-être pas porté autant d'attention.

Peigne lithurgique du XIIeDeux oeuvres ont plus particulièrement retenu mon attention dans cette salle. La première est une statue représentant la Trinité (Dieu le Père en viellard barbu, son fils mort sur la croix, et une colombe interprétée comme le "souffle de Dieu" qui relie les deux personnages). De telles représentations sont apparement extrêmemment rares.

La deuxième oeuvre est un peigne liturgique en ivoire du XIIe siècle représentant d'un côté la Cène (cf. photo) et de l'autre la mise au tombeau du Christ. Je vous rassure : moi non plus je ne savais pas qu'il existait des peignes liturgiques. Cet ustensile probablement importé d'Angleterre par l'archidiacre de Winchester servait à égaliser les cheveux d'un évêque lors de sa consécration, après l'application de saintes huiles.

Le reste de la visite, plus classique, se faisait au son de la flûte traversière grâce aux interventions du Conservatoire de Musique et de Danse de la Communauté de Communes de Verdun. De salles en salles on y découvrait l'histoire de la région verdunoise de la préhistoire à la première guerre mondiale.

Repost 0
Published by Bertaga - dans Les monuments
commenter cet article
17 mai 2007 4 17 /05 /mai /2007 16:10
Cela fait déjà une dizaine d'années que le Festival Musiques et Terrasses a vu le jour à Verdun et qu'il attire à chaque fois plusieurs milliers de spectateurs sur le Quai de Londres (Google Maps).

Pour cette 13ème édition il nous réserve de nombreuses surprises. La première d'entre elles est la date précoce du début du festival : le 16 juin.

Autre surprise : la mise en place de bus gratuits qui permettront aux habitants de Stenay, Commercy, Saint-Mihiel, Damvillers, Spincourt et Etain de se rendre plus facilement à Verdun.

Dernière surprise : la scène du festival servira également pour la fête de la musique le 21 juin.

La programmation fera la part belle aux découvertes, mais nous permettra aussi d'admirer des groupes qui tournent depuis quelques temps déjà sur les scènes de France comme Luke ou les Hurlements de Léo. Et comme d'habitude tous les concerts seront gratuits.

En tout 9 soirées de fête du 16 juin au 11 août 2007 (8 samedis + le jeudi de la fête de la musique).

Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous parle de ce festival qui ne débutera que dans un mois. Et bien tout simplement pour vous permettre de réserver vos week-end, et aussi pour que vous vous inscriviez comme bénévole sur le site de Musiques et Terrasses.

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Les événements
commenter cet article
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 10:37
Monument dédier au résistant Fernand Legay qui a déminé le pont Beaurepaire et qui a permis aux alliés de frachir la Meuse lors de la Libération en 1944.Sur le Quai de la République, au niveau de la Place Chevert, se trouve le monument dédié à Fernand Legay (Google Maps). Membre de la résistance et chef du groupe "Savoie", il préserva le 31 août 1944 le pont Beaurepaire de la destruction en coupant à plusieurs endroits la mise à feu des mines installées par l'occupant.

Il permis ainsi à l'armée américaine de franchir la Meuse et de poursuivre son offensive par la route qui deviendra plus tard la Voie de la Liberté.

Le pont Beaurepaire, autrefois pont Sainte Croix, a depuis été rebaptisé et s'appelle aujourd'hui pont Fernand Legay.

Ne trouvant pas plus d'information sur Fernand Legay et sur le groupe "Savoie", je profite juste de cet article pour rappeler que c'est au Conseil National de la Résistance, et à son programme adopté dans la clandestinité il y a 63 ans, que nous devons les bases du système social français.

Repost 0
Published by Bertaga - dans Les monuments
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 17:15
Hôtel de Ville de VerdunL'Hôtel de Ville (Google Maps), dont l'origine remonte à 1623, est dû à la générosité de Nicolas Japin, entrepreneur des poudres de l'État, et une tradition, couramment acceptée dans Verdun, veut que ce palais ait été destiné à la reine Marie de Médicis.

Mais, puisqu'il n'y a ni casino ni golf à Verdun, pourquoi la reine-mère aurait-elle prévu d'y séjourner ? Tout simplement pour planquer ses fesses après sa tentative de complot contre le Cardinal de Richelieu. Complot qui échoua piteusement.

En fait elle s'était alliée à Louis de Marillac, alors Gouverneur de la Citadelle de Verdun, qui avait vraisemblablement entraîné Japin dans le coup (vous vous souvenez de Japin, hein ? le bienfaiteur qui a fait construire le bâtiment)

Bref, arrive la journée des dupes au cours de laquelle le roi de France Louis XIII, contre toute attente, réitère sa confiance à son ministre Richelieu, élimine ses adversaires politiques et contraint la reine-mère à l'exil.

Peut-être Marie de Médicis, l'âme de la conspiration, qui s'enfuit de France en 1631, avait-elle un moment songé à se réfugier à Verdun où elle eût été fort mal en sûreté. Mais c'est à Bruxelle qu'elle réussit finalement à s'enfuir. Réfugiée auprès des ennemis de la France, Marie est privée de son statut de reine de France et mourra en 1642, quelques mois avant Richelieu.

La maison inoccupée fut louée par les magistrats pour servir de logement aux lieutenants du roi ; elle fut ainsi la propriété en quelque sorte indirecte de la ville qui eût désiré l'acheter, mais qui ne le pouvait à cause du mauvais état de ses finances. Ce sont les moines de Châtillon qui se portèrent acquéreurs du bâtiment en 1736 au grand regret de la municipalité qui, procédurière, réussit tout de même à faire annuler la vente le 25 février 1737.

La Ville de Verdun acquit alors l'immeuble au prix de 18.000 livres et les officiers municipaux en firent leur Hôtel de Ville dont ils prirent possession en grande pompe le 6 février 1738.

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Les monuments
commenter cet article
6 mai 2007 7 06 /05 /mai /2007 17:04
Fonds anciens de la Biliothèque de VerdunPour accéder au fonds anciens de la bibliothèque municipale de Verdun il vous faudra entrer dans la cour du Centre Mondial de la Paix, pénétrer dans le bâtiment de l'ancien Evêché sur votre gauche, puis gravir l'escalier de pierre en caressant du bout des doigts la rampe en fer forgé, aujourd'hui classée, seul élément subsistant du bâtiment intégralement détruit pendant la Grande Guerre (Google Maps).

Heureusement, tous les manuscrits avaient été déplacés en 1915 et ont aujourd'hui retrouvé leur place, sur des étagères pour la plupart, ou dans des armoires fermées à double tour pour les incunables et les manuscrits médiévaux, dont le plus ancien, un "De Trinitate" d'Alcuin, remonte au début IXe siècle.

Les manuscrits médiévaux viennent pour la plupart de Saint-Vanne (65 manuscrits au total) et de l'abbaye Saint-Paul. Cette abbaye avait la particularité de conserver les ouvrages interdits par l'Eglise, ce qui a permis à la Ville de Verdun de récupérer plus tard certains documents inédits.

La bibliothèque municipale de Verdun est la première bibliothèque lorraine en fonds médiéval. Le fonds ancien, riche aussi bien en nombre (45 628 ouvrages) qu’en qualité, est varié et complet : périodiques locaux, ouvrages de médecine, botanique, entomologie, histoire, littérature grecque et latine, paléologie etc.

Parmi les ouvrages les plus précieux, on notera des Nécrologes des XIIIème/XVème siècle, La Chronique de Nuremberg de 1493, et des ouvrages prestigieux comme "l’Encyclopédie" de Diderot et D’Alembert, "La Dîme Royale" de Vauban, "L’éloge de la Folie" d’Erasme, "Les Fables" de La Fontaine illustrées par Oudry, etc.

Un petit coup de coeur également pour l'ouvrage intitulé "Description de l'Égypte ou Recueil des observations et recherches qui ont été faites en Égypte pendant l'expédition française" (de Napoléon Bonaparte). L'ouvrage en vingt volumes comporte dix volumes de 974 planches, dont 74 en couleur, un atlas cartographique et neuf volumes de texte. La qualité typographique des textes, la beauté des gravures et les formats (les plus grands font 1 m x 0,81m) font de la "Description de l'Égypte" une œuvre monumentale à ne surtout pas rater si vous pénétrez en ces lieux.

Attention : la section "Fonds ancien" accueille le public uniquement sur rendez-vous (tél. 03 29 86 02 40)

Pour finir, voici quelques liens utiles :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Verdun : la ville
commenter cet article

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories