Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 10:44

baleine-bleue.pngComment allier patriotisme économique et réconciliation franco-allemande ? Il suffit d’acheter des produits français sur un site Internet allemand !

La société en question, créée par la femme (allemande) de mon cousin (français), propose des  jouets, des instruments de musique et des livres français pour une clientèle germanophone. De quoi ringardiser la poignée de mains verdunoise de Kohl et Mitterrand.

Le site Internet est en allemand, mais l’ami Google propose une traduction plus que correcte à cette adresse.

Bref, si vous avez des amis allemands partagez vite l’info (il y a une réduction de 5% pour les premiers clients).

Et si vous n’aimez pas les allemands… allez vite commander sur ce site, ça fera travailler nos artisans français et ça rendra vos enfants heureux

Cliquez sur la Baleine bleue pour visiter ce site merveilleux.

Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 10:17

P1130227Les températures caniculaires de ces dernières semaines nous ont menées jusqu'aux galeries climatisées du Centre Pompidou de Metz ; et force est de constater que nous ne fûmes pas déçus ; d'abord parce que la température y était fort agréable, et surtout parce que le lieu en lui-même mérite le déplacement.

Ouvert au public depuis mai 2010, cet espace culturel de plus de 5.000 m² propose, dans son exposition inaugurale, de répondre à la question suivante : qu'est-ce qu'un chef-d'oeuvre ?

Pour vous guider à travers les méandres de vos interrogations le Centre a frappé fort en présentant 800 oeuvres d'artistes plus ou moins connus (Picasso, Braque, Matisse, Dali, Warhol, Léger, Miró, Delaunay, Kandinsky, Rodin, César, Ben, etc.)

P1130236Contrairement à ce que pourrait laisser penser la photo ci-dessus le Centre Pompidou-Metz est très fréquenté (200.000 visiteurs en 2 mois) alors si vous n'appréciez pas les  files d'attente interminables, essayez de débuter votre visite pendant midi.

Pour préparer votre visite il vous suffit d'aller sur le site

http://www.centrepompidou-metz.fr

 

Et pour avoir un avant goût de ce qui vous y attend rendez vous dans l'album photo en cliquant sur l'image ci-dessous :

P1130177

Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
26 août 2009 3 26 /08 /août /2009 09:00
Le Majesty of the SeasSi vous êtes un fidèle de l'émission Thalassa vous connaissez forcément le Majesty of the Seas et son truculent Capitaine François Zanella. Mais si, souvenez-vous, pour la première fois en juin 2008, Georges Pernoud et son équipe avaient intégralement consacré leur émission à un unique sujet : l'histoire d'un mineur lorrain à la retraite qui avait construit une réplique miniature du paquebot de la Royal Caribbean dans son jardin de Morsbach (Google maps) à plusieurs centaines de kilomètres de l'océan.

33,50 m de longueur, 4,95 m de largeur, 6,60 m de haut (4,60 m avec cheminée rabattue), 102 tonnes, 160m² habitables, 60 m² de terrasse, 1 ascenseur, un garage, voilà les principales caractéristique du "Petit Majesty" construit par François Zanella et destiné à parcourir les canaux d'Europe.

François ZanellaDe passage dans la maison rose de Monsieur et Madame Maître Chronique ce week-end, c'est au détour d'une balade improvisée que nous avons découvert ce joyau des canaux amarré au quai Sainte Catherine (Google maps). Ni une ni deux, nous achetons nos billets, enfilons d'élégantes sur-chaussures en sac poubelle bleu océan et nous suivons le Capitaine au court cours dans la cabine de pilotage timonerie jusque dans les profondeurs obscures de la cale en empruntant quelques couloirs coursives.

Une halte dans l'immense séjour/salle à manger/bar nous permet de fouler la moquette du Queen Mary II, puis nous changeons de pont et passons devant les cabines offertes par les chantiers navals de Saint Nazaire ainsi que les salles de bain et la cuisine entièrement équipée.

Le salon du Majesty of the SeasNous profitons des explications techniques du Capitaine Zanella (cheminée télescopique et ballasts pour passer sous les ponts, rétroviseurs vidéos, motorisation, etc.) ainsi que de ces souvenirs d'enfant (avant qu'il ne soit mineur) lors du départ du France en présence "du grand monsieur au gros pif".

Entre les premiers coups de crayon en 1993 et la mise à l'eau à Sarguemines le 23 juin 2005, il aura fallu 33.000 heures de travail à notre Morsbachois pour réaliser son rêve avec le soutien de quelques ouvriers des chantiers navals de St Nazaire et les donations de nombreuses entreprises.

Aujourd'hui son enseigne en néon, représentant l'ancre de la Royal Caribbean, est solidement attachée à la carlingue tribord, tandis que quelques souvenirs de gueule noire trouvent encore leur place dans les coursives.

Vous pouvez encore profiter de l'escale nancéenne du Majesty of the Seas jusqu'au 30 août. Ensuite il faudra sans doute patienter jusqu'en 2010 pour retrouver le Capitaine Zanella du côté de Ligny-en-Barrois et de Bar-le-Duc. Et avec un peu de chance il empruntera un jour le canal de l'Est et accostera à Verdun.

D'ici là vous pouvez découvrir le site du bateau de François.



Articles connexes

Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 12:00
Du vendredi 24 juillet au dimanche 2 août 2009 je vous propose d'aller assister au plus grand rassemblement de Montgolfières du Monde sur la Chambley-Bussières Air Base en Meurthe-et-Moselle (Google Maps).

Le programme est assez conséquent puisque "BallonVille" vit 24h sur 24 pendant les dix jours de l'événement : baptèmes de l'air, nombreux stands, projections de cinéma en plein air, records du monde à foison, "Space Journey", concours de reportages photos et vidéos, soirées astronomie, et bien sûr de nombreux envols en masse de montgolfières dès 6h30 du matin et jusque tard dans la nuit.

Toutes les infos sur cette incroyable manifestation se trouve sur ce site Internet.

Hier soir nous avons été assister au deuxième décollage de masse. Casy avait ressorti son appareil photo pour l'occasion et nous avons rapporté ces quelques clichés.

Ca ne vous donne pas envie d'aller y faire un tour ?

     
 
     

 

     
 
 
 

Pour toute information rendez-vous sur le site du Mondial Air Ballons 2009.

Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
17 juillet 2009 5 17 /07 /juillet /2009 18:42
Aujourd'hui je vais vous faire découvrir un groupe que je trouve vachement sympa : les Red Elvises ou, pour les moins anglophones d'entre vous, les Elvis Rouges. Avant de continuer à lire cet article vous pouvez cliquer sur l'image pour écouter leurs jolies chansons

Ce groupe californien aux obscures origines Sibériennes qualifie sa musique de "kick ass rock'n'roll from Siberia". En fait, aucun des membres des Red Elvises n'est réellement né en Sibérie, tout au plus sont-ils originaires de pays de l'ancien bloc de l'Est : Ukraine, Kazakhstan, Russie et Minnesota :)

S'inspirant des classiques du Rock'n Roll et de la Surf Music ils jouent à fond de leur accent russe, ce qui donne un petit côté "armée rouge" très particulier à leurs compositions.

Outre les rythmes endiablés et leurs accoutrements farfelus, un autre détail a fait leur réputation : l'utilisation d'une basse-balalaïka de la taille d'une contrebasse (cf. cette photo). Les Forbans n'ont qu'à bien se tenir !

Autre particularité : pratiquement tous leurs titres sont en libre téléchargement sur leur site. La classe non ?

Parmi leurs albums on peut noter la Bande Originale du pratiquement cultissime Six-String Samouraï, un film qui raconte l'épopée d'un guitariste samouraï qui traverse un monde post-apocalyptique pour se rendre à Lost Vegas afin d'affronter les groupes de Métalleux qui veulent prendre la place du King récemment décédé. Vous pouvez voir un montage de quelques extraits ici.

C'est à ce moment là que je vous explique ce que cet article vient faire sur mon blog. Figurez-vous que dans cette B.O. on trouve un morceau qui s'intitule My Darling Lorraine.

Comme je n'arrivais pas à trouver les paroles sur Internet j'ai écrit aux Red Elvises, et comme ils sont très sympa ils m'ont répondu. Voici donc, en exclusivité mondial à Verdun les paroles de My Darling Lorraine qui, vous allez le voir, n'ont que très peu de rapport avec notre charmante région (mais peu importe, je n'allais tout de même pas me priver d'un article sur les Red Elvises juste parce qu'ils n'ont aucun lien avec la thématique de ce blog).

My darling Lorraine
You dance insane
And happy like bubbles in Champagne.
You rocking the floor
The band is high speed
Oh, Jesus, you dig this Klezmer beat.
 
We gonna drink all night
We wanna dance 'till dawn
Going all bananas, party must go on!
 
My darling Lorraine
You dance insane
And happy like bubbles in Champagne.


Et hop ! En cadeau vous pouvez même danser dessus :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 07:00
Le lac de Pierre-PercéePendant les dernières vacances nous avions envie d'espace, de grands espaces. Nous avions envie d'un lac perdu au milieu d'une forêt de conifères. Nous avions envie de vues magnifiques du haut de promontoires rocheux. Nous avions envie de monuments insolites et de balades régénératrices. Et puis d'un coucher de soleil comme sur les cartes postales.

A première vue nos exigences auraient dû nous mener jusque dans les Vosges mais c'est finalement en Meurthe-et-Moselle que nous avons passé notre journée, autour du lac de Pierre-Percée. La proximité de Verdun et la forme insolite du lac sur la carte IGN y sont pour beaucoup (Google Maps).

Si vous me suivez sur le blog des amoureux de la Lorraine je vous raconterai tout ce qu'il y a à savoir sur ce lieu extraordinaire...
Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
22 septembre 2008 1 22 /09 /septembre /2008 07:00
Verdun en FranceAvez-vous déjà vécu cette expérience irritante ? Lorsque vous recherchez un professionnel dans les pagesjaunes.fr en précisant que celui-ci doit résider à Verdun le site internet en question vous demande s'il doit chercher dans la Meuse ou dans l'Ariège. Et, chaque fois, vous devez cliquer sur "VERDUN (55100 - MEUSE)". Quelle perte de temps !

Pire, lorsque l'on utilise le site des stupides sportifs moustachus 118218.fr pour trouver les coordonnées de la mairie verdunoise, notre très chère ville meusienne n'apparait qu'en quatrième position derrière Verdun-sur-le-Doubs (71350), Verdun en Ariège (09310) et Château-Verdun (09310). Viennent ensuite Verdun-en-Lauragais (11400) et Verdun-sur-Garonne (82600).

Le site Geoportail.fr, qui n'a pas compris que Verdun s'écrit avec seulement six lettres, vous invitera à visiter la Meuse en passant par Beaumont-en-Verdunois, Belrupt-en-Verdunois, Ecurey-en-Verdunois et Neuville-en-Verdunois.

Quant à viamichelin.fr, il vous fera découvrir des bourgades insoupçonnées comme Verdun (27400) hameau de la Vacherie dans l'Eure, ou Verdun (43580) hameau de Saint-Préjet-d'Allier dans la Haute-Loire. Si vous préférez le soleil du midi et que vous êtes avides d'aventures, vous pourrez également emprunter le GR9 à la recherche du Val-Verdun, lieu-dit de la Commune de La Garde-Freinet dans le Var.

Mais je crois que ce qui m'exaspère le plus c'est lorsque j'utilise Google Actualités pour connaître les dernières infos verdunoises. Google ne trouve alors rien de mieux que de m'envoyer sur le "Messager de Verdun", "Canoë" ou "Montréal Express" qui, s'ils proposent une information québécoise de qualité n'en demeurent pas moins éloignés de nos préoccupations meusiennes.

Il serait sûrement compliquer de lister ici toutes ces communes, hameaux et lieux-dits répondant au doux nom de Verdun, mais au moins une chose est sûre : tous leurs habitants portent un seul et même nom : les Verdunois.
Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 07:00
VagueA l'heure où tous les blogs du World Wide Web annoncent leur rentrée et affichent fièrement leurs bonnes résolutions en matière de productivité éditoriale, Bertaga préfère garder un pied sur la plage et un oeil sur le soleil estival. Ce billet de rentrée sera donc consacré... aux vacances :)

Et oui, Bertaga a profité du mois d'août pour aller tremper ses orteils tous blancs dans les eaux agitées des contrées occidentales en compagnie de son inséparable amoureuse. Au programme : repos, promenades, cinéma, visites, repos et un peu de plage mais pas trop parce que je préfère être blanc et mignon que rouge avec des cloques.

Pour compléter ces activités nous avons décidé de participer à un petit concours photos organisé par l'office du tourisme local sur un thème ô combien original : les vagues.

Vous nous auriez vu, arpentant le bord de mer pendant des heures, attendant la vague du siècle tel Bodhi dans Point Break, armés de nos petits compacts aux objectifs recouverts d'embruns... Il y avait de quoi se marrer.

Au bout du compte nous avons réussi à sélectionner cinq photos chacun parmi les centaines de clichés tous plus inintéressants les uns que les autres, puis nous les avons fait tirer, découvrant par la même occasion que le format 13x18 imposé par le concours n'était pas proposé par les machines de développement des supermarchés.

Nous sommes ensuite rentrés à Verdun, heureux que nous étions d'avoir pu participer à ce concours.

Les résultats ? Et bien les verdunois on décroché la médaille de bronze en aviron :)

Ok, ok, je vous donne les résultats du concours photo. Malgré le nombre impressionnant de participants (vingt deux), Bertaga a décroché la seconde place du concours avec la photo qui illustre cet article, et il recevra bientôt son prix : un superbe livre intitulé "Mai 68 en photos". Youpi !

Pour voir les quatre autres photographies que j'avais présentées il vous faudra cliquer sur les miniatures ci-dessous (et en cherchant bien sur le blog de Casy vous en trouverez encore quelques autres).

Vous préférez laquelle ?

     
Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
13 juillet 2008 7 13 /07 /juillet /2008 07:00
L'Abbaye d'OrvalAttention... Top ! Je suis grande, je suis vieille, je suis belge, je fais ding-dong toutes les demi-heures, je sens la bière et le fromage, je suis, je suis... l'abbaye d'Orval !

Pour être un peu plus sérieux, c'est en 1070 que des moines bénédictins venus d'Italie s'installent dans le Val d'Or grâce au comte de Chiny, seigneur du lieu. Dans ce petit coin de verdure situé à la frontière franco-belge, ils construisent une première église, puis sont bientôt remplacés par des moines cisterciens envoyés par Saint Bernard en 1132.

L'abbaye cistercienne sera remaniée à maintes reprises pour cause d'incendies et autres petites broutilles historiques. Et ce sont finalement les méchants révolutionnaires qui détruiront tout cela en 1793.

Abbaye d'OrvalPour le plus grand bonheur des religieux, des amateurs de fromages, et des buveurs de bières, une nouvelle abbaye sera érigée par des moines trappistes à partir de 1926 sous l'impulsion du Père Marie-Albert van der Cruissen.

Aujourd'hui nous pouvons donc visiter les ruines de l'ancienne abbaye, mais aussi une petite partie des nouveaux bâtiments, dont un musée aménagé dans les immenses sous-sols de l'église. On peut ainsi découvrir l'histoire de ce lieu, mais aussi la légende liée à sa fondation ; il y est question d'un anneau nuptial en or que la comtesse Mathilde de Toscanne avait perdu dans la source qui coulait là et qu'une gentille truite remonta à la surface suite aux prières qu'elle adressa à Dieu. Pas ingrate pour un sou, Mathilde s'écria : "Vraiment, c'est ici un val d'or !" et elle décida d'y fonder un monastère.

Aujourd'hui, la fontaine Mathilde coule toujours ; elle est vendu dans le restaurant qui se trouve à la sortie de l'abbaye,  et sert également à la fabrication de la bière d'Orval.

Les plus croyants d'entre-vous pourront prier avec les moines et même passer une semaine à se ressourcer dans le cadre silencieux de l'hôtellerie d'Orval.

Pour tout renseignement, rendez-vous sur le site de l'abbaye d'Orval.

Articles connexes :

Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article
20 mai 2008 2 20 /05 /mai /2008 07:00
La Chapelle SophieCet article me permet d'inaugurer une nouvelle catégorie qui regroupera les billets ne se rapportant ni à Verdun, ni à la Meuse. Pour faire simple cette catégorie répondra au nom de "Ailleurs". Et l'ailleurs qui nous intéresse aujourd'hui se situe à Reims, et plus précisément au Centre Culturel Saint Exupéry où nous sommes allés assister au vernissage d'une exposition intitulé "La chapelle Sophie".

Le concept de l'expo ? C'est très simple : la chapelle Sophie est un lieu de culte dédié à Sainte Sophie, dans lequel sont présentés, d'une part, la quête identitaire de la girafe Sophie et, d'autre part, les dix commandements du culte girafique.

Il faut avant tout comprendre que cette petite girafe de caoutchouc (créée par la société Vulli en 1961) n'a absolument pas conscience d'être une girafe. C'est donc avec stupeur qu'elle découvre sa propre définition dans un dictionnaire, puis qu'elle observe ses congénères du zoo de Berlin à la TV. De ces découvertes découle la prise de conscience de ce que l'artiste, Pierre Lesjean, nomme la Girafitude (dans le monde des humains cela doit correspondre à une notion intermédiaire entre l'Humanité et l'anthropocentrisme). Prise de conscience qui donne bien évidemment naissance à un culte mettant en scène un Dieu unique que les girafes créent à leur image (What else ?).

La quête identitaire de la giraphe SophieDans la suite de l'exposition nous découvrons alors "la force du verbe" ou, dit autrement, le Décalogue des girafes. Des girafes Sophie mettent ainsi en scènes ces dix commandements dont l'ordre peut surprendre ("Tu ne tueras point" n'arrive qu'en sixième position, loin derrière "Je suis l'Eternel ton Dieu").

Enfin, le vitrail au dessus de l'autel de la Girafitude rappelle le martyre de Sainte Sophie et de ses trois filles, démembrées, fouettées, disloquées, grillées, bouillies, j'en passe et des meilleurs.

Je laisse le mot de la fin à l'artiste : "je ne peux en effet m’empêcher de faire le parallèle entre la girafe Sophie et les martyres des premiers chrétiens car, tout en subissant les maltraitances corporelles des enfants, la girafe Sophie couine à peine, ne se plaint jamais et continue d’afficher un sourire béat en exprimant ainsi toute sa girafitude". Pierre Lesjean

PS : l'intégralité du Décalogue se trouve sur le blog de Casy
PS2 : Au fait, l'artiste c'est mon tonton alors vous z'avez intérêt à aller voir son expo !

Exposition du 16 au 31 mai 2008
au Centre Culturel saint Exupéry
Repost 0
Published by Bertaga - dans Ailleurs
commenter cet article

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories