Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 10:22
L'Ossuaire de DouaumontSi une baraque de planches faisait office d'ossuaire provisoire dès 1919, ce n'est que le 7 août 1932 que fût inauguré le monument définitif dont le cloître, longue voûte de 138 m, recouvre les restes de plus de 130 000 soldats non identifiés (Google Maps).

C'est aux architectes Léon Azéma, Max Edrei et Jacques Hardy que nous devons cette oeuvre qui sera financée par des souscriptions et des fonds privés. Le bâtiment de l'ossuaire de Douaumont, dont la construction débutera en 1920, représente une épée enfoncée en terre jusqu'à la garde, qui seule émerge avec la poignée servant de lanterne. Au centre, la Tour des Morts, dispose en effet d'un phare de 4 feux rayonnant sur le champ de bataille et d'une cloche, "le bourdon de la victoire", qui résonne aux cérémonies importantes.

Cette tour en forme d'obus, de 46 m et 204 marches, aux 4 faces portant 4 croix symbolisant les points cardinaux, offre une vue panoramique sur le champ de bataille avec une table d'orientation. De là on aperçoit en contrebas, le "Cimetière National", qui contient 16 142 tombes sur 144 380 m², les tombes musulmanes étant orientées vers la Mecque.

Notons qu'à l'époque il s'agit avant tout d'un lieu de recueillement et de prière (le Président du Comité de l'Ossuaire était Mgr Ginisty, Evêque de Verdun). On ne parle pas encore de "devoir de mémoire" ou de "réconciliation" et on ne peut s'affranchir d'un ressentiment qui se manifestera alors dans la distinction entre les tombes blanches des vainqueurs et celles, noires, des vaincus. Ce n'est que le 22 septembre 1984, avec la rencontre symbolique entre François Mitterand et le chancelier allemand Helmut Kohl, que sera définitivement scellée la volonté commune de rapprochement entre les deux peuples qui s'étaient déchirés sur les champs de batailles de Verdun 68 ans auparavant.

Le bâtiment abrite également une chapelle ainsi qu'un musée où reposent des reliques des villages détruits, des vues stéréoscopiques en relief du champ de bataille, ainsi... que de nombreuses armes.

Articles connexes :

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article

commentaires

Arthur 04/10/2008 15:27

oui vous avez surement raison :) j'ai peut être voulu dire que l'on ne pouvait pas refaire l'Histoire :) bon week end :)

Arthur 03/10/2008 23:05

Bonsoir,Je vous remercie pour la description de cet ossuaire, bien que Mosellan je ne connaissais pas ce lieu, j'ai lu trés récemment sur notre site le récit de visite d'un membre et son ressenti(wakeman) qui en parle avec beaucoup d'émotions...je serai tenté de le visiter mais je ressors de ce genre de lieu trop tristement...on ne refait pas le monde... hélas...Bien à vous passionné meusien :)Arthur

Bertaga 04/10/2008 10:10


Mais si, on refait le monde :)

La preuve, il se passe toujours plein de chose autour de nous. Le monde change, le monde évolue sans cesse. Il arrive même, parfois, que ces changements aillent dans le bon sens. Rarement, je vous
l'accorde.


Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories