Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 16:21
Vestiges de l'église St Michel du village détrut de Ornes dans la MeuseLe vent humide et froid n'ayant aucun effet sur nos organismes, nous avons profité du jour de l'An pour aller errer dans la forêt domaniale de Verdun. Dans cette forêt de 12.400 ha créée par reboisement dans l'ancienne "zone rouge" on trouve bien évidemment des pins noirs et sylvestres, des épicéas, des sapins et des aulnes mais en cherchant on peut également trouver... des ruines.

Sur la photo vous pouvez voir celles de l'église de Ornes (Google Maps), construite en 1828 à la gloire de St Michel. Avec la Chapelle construite en 1932 et les quelques maisons récentes, ces vestiges sont tout ce qui reste de ce village détruit en 1916.

Ornes existait déjà en 1046, date à laquelle il dépendait de l'abbaye Saint-Maur de Verdun. C'était l'un des bourgs les plus important du coin, et son château féodal avait plutôt la classe si on en croit les seigneurs de l'époque. Il y eu même jusque 1316 habitants au milieu du XIXe siècle, et il y en avait toujours 718 en 1913, juste avant l'exode causé par la Première Guerre Mondiale... et la destruction complète du village.

En tout on compte neuf villages détruits dans les mêmes conditions en Meuse (et bien plus dans toute la France). Pour des raisons de mémoire, mais aussi à cause de la présence trop importante de munitions non-explosées et de sols bouleversés et pollués, six d'entre eux n'ont jamais été reconstruits. Ce n'est pas le cas d'Ornes qui compte aujourd'hui cinq maisons et... deux habitants (Source : INSEE).

Articles connexes :

is _bug_fck

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article

commentaires

reiane courbaline 07/01/2008 18:32

Cet endroit pousse l'âme au recueillement lorsque l'on passe devant les ruines puis on fait le tour des rares maisons comme en pélerinage, la mémoire nous transportant auprès de ceux qui vivèrent là. Puis quelques mètres encore, et le chemin nous mène dans la forêt qui nous murmure...

JL Dourches 05/01/2008 08:44

J'y allais, 50 ans après, la nature avait repris ses droits, la fontaine, au carrefour donnait l'eau la plus pure de la région.Quand aux mutineries : c'est pas là , c'est au chemin des Dames à quelques 150 km de là, et c'est l'année suivante en 1917. Y'avait pratiquement plus de combats à Verdun depuis décembre 1916.

deschamps 04/01/2008 21:01

Que la mémoire de ces lieux reste vivace, mes deux grands-pères ont fait Verdun. amitiés Yves

sister for ever 03/01/2008 11:18

Les visites aux villages détruits me serrent toujours la gorge, même après des décennies..A remarquer que beaucoup de sites ont bien été mis en valeur au fil du temps, et on peut s'y promener. Quand j'étais petite c'était tout à fait exclu, c'était trop dangereux. Je pense particulièrement à un village non loin de Douaumont ... je ne sais plus lequel, mais vous allez me le dire! où on a remis les noms et les métiers des habitants, au regard de l'emplacement de leur maison...Important devoir de mémoire maintenant que les témoins directs ont disparu.Merci de ces infos sur Ornes.

Bertaga 03/01/2008 11:27

Il s'agit vraisemblablement du village de Fleury-devant-Douaumont ;) anti_bug_fck

gros pseudo 02/01/2008 23:12

alors bananier et gros noelmais je suis un peu déçu aucune trace des mutineries de 1917 dont on commemorait le 90 eme anniversaire...c'est quand meme le seul truc interressant de la guerre non

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories