Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 07:00
Jour de Colère, Jour d'EspéranceC'est en nous rendant au château de Stanislas à Commercy que nous avons rencontré ces étranges personnages filiformes, marque de fabrique d'un artiste lorrain d'origine italienne : Amilcar Zannoni.

L'oeuvre en question s'intitule "Jour de Colère, jour d'Espérance". Construite en 1997 en hommage aux forgerons et aux tréfileurs, elle est constituée de septs individus disposés sur une fontaine située non loin du château (Google Maps).

Sur son site Internet, on apprend qu'Amilcar Zannoni est arrivé en France en 1924 à l'âge de deux ans. A 21 ans il est embauché à la mine de fer de Moutier (54), et c'est en 1959 qu'il s'initie à la sculpture. A partir de ce moment là, Amilcar Zannoni n'arrêtera plus de créer.

On lui doit, entre autres, le monument de Valleroy dédié aux soldats soviétiques morts en déportation, ainsi que le monument aux victimes du travail de Moutier. Deux thèmes suffisamment originaux pour qu'on s'y attarde.

Ce qu'on n'apprend pas sur son site Internet c'est que ce sculpteur sur acier a créé le modèle d'un trophée décerné lors du festival du film italien de Villerupt. A cette occasion sont donc remis des Amilcars, pendants lorrains des Oscars hollywoodiens.

Exposition d'Amilcar ZannoniEn écrivant cet article je me suis rendu compte que j'avais, en réserve, une photo des oeuvres d'Almicar Zannoni prise lors d'une exposition de l'artiste au Centre Mondial de la Paix de Verdun pendant l'été 2008. L'exposition s'intitulait "Oeuvre d'humanité, de la souffrance à l'espoir". Je n'avais pas trouvé le temps d'écrire un article à l'époque. La faute est aujourd'hui réparée.

Article connexe :

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article

commentaires

reiane courbaline 23/02/2009 22:35

A travers l'oeuvre d'Amilcar Zannoni,  l'artiste marque le fer comme le fer du destin a marqué l'homme ou marqué l'Humanité, empreinte plus ou moins tourmentée d'un vécu plus ou moins subi : la densité du fer n'est rien sous celle de la souffrance ou sous celle de l'impuissance devenant puissance d'un désespoir à tordre le fer.Et les limites de la maîtrise sur le métal fait passer à des sursauts d'espoir.Belle photo cette tête comme lourde d'une souffrance ou comme alourdie par le poids d'un destin

loula 12/02/2009 20:01

En fait j'ai trouvé, mais merci quand même!!;-)

loula 12/02/2009 19:46

Bonjour, j'ai essayé de mettre un nuage de tag comme toit (d'ailleurs merci pour l'info:), mais quand je fait copier coller les lignes d'html restent visible au lieu de faire le nuage de tag. Est-ce qu'ilf aut rajouter quelque chose?Merci

sister for ever 11/02/2009 09:25

Quel que soit le style, quelle que soit la matière utilisée...on reconnaît facilement un artiste de talent: c'est celui qui fait oublier qu'il est parti de «trois fois rien», parce qu'on reconnaît tout de suite - comme ici par exemple - un personnage qui vit avec des expressions remarquables et qui nous touchent.Pour le commun des mortels dont je fais partie, le morceau de métal resterait un morceau de métal!! Bravo Amilcar...Er merci Berthy de continuer à nous faire découvrir de jolioes choses.

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories