Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2008 1 07 /01 /janvier /2008 21:34
Chapelle Saint Nicolas de MaizeyS'il vous arrive d'emprunter la RD964 entre Verdun et St Mihiel vous aurez sans doute remarqué cette petite église (Googlemaps).

Il s'agit de la Chapelle St Nicolas qui se trouve sur le territoire de la commune de Maizey. Ce village, qui a pas mal souffert de la Première Guerre Mondiale, est cité pour la première fois en 973 (autant dire qu'il est vieux) et il abrite aujourd'hui à peu près 200 habitants ainsi qu'un des douze plus gros sites industriels de la Meuse, spécialisé dans le conditionnement des salades (d'où le titre ridicule de cet article).

A noter qu'une autre Chapelle se trouve également sur le territoire de la commune de Maizey en haut de la Côte Sainte-Marie. Par contre il vous faudra marcher pour la découvrir car elle n'est pas en bord de route... mais il doit y avoir une jolie vue sur la vallée de la Meuse de la-haut car elle se situe 100m plus haut que la chapelle St Nicolas !
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 12:40
Les trois godelles de Patrick Hervelin à CommercyJe dois bien l'avouer : n'ayant encore jamais pris le temps de visiter Commercy, les seules lieux qui me viennent à l'esprit lorsqu'on me parle de cette ville sont : la boîte à madeleines et le drôle de rond point sur lequel trois vaches bleues regardent tourner les voitures d'un air effaré.

Je vous parlerai donc de la richesse du patrimoine commercien dans un prochain article (96 bâtiments dans la base Mérimée tout de même !) et je vais pour le moment me concentrer sur ces bovins en polyester stratifié.

Situées sur le rond point éponyme, Les trois godelles, puisque c'est leur nom, sont l'oeuvre de Patrick Hervelin, sculpteur lorrain né à Verdun en 1948. Plasticien auprès de plusieurs cabinets d’architecture et collectioneur de prix artistiques (Grand Prix Formes et Couleurs à Nancy, Prix Biennale l’Art de Fer à Commercy, Grand Prix de France d’Arts Plastiques à Paris, Grand Prix des métiers d’Art de la Meuse), Patrick HERVELIN travaille près des carrières de pierre de Lérouville en Meuse. Il pratique généralement la pierre et le bronze, le fer et le marbre.

Passionné de mythologie et inspiré par la nature, il est l’auteur de nombreuses œuvres monumentales et expose régulièrement en Lorraine, bien sûr, mais également un peu partout en France, en Europe et même aux USA. On raconte même que son Rhinocéros ornait le bureau de Bill Clinton.

Pour en revenir aux godelles (vaches en patois vosgien), celle de la photo mesure 2m de haut et les trois ensemble pèsent 150 kg. Elles prennent leur rôle à coeur et réussient, tant bien que mal, à se glisser entre les réverbères les drapeaux et les enseignes commerciales pour jouer avec l'objectif et faire ainsi briller l'aura de Commercy dans le Monde entier.

Bravo les vaches ! Et merci l'artiste !

  • PS : et n'hésitez pas à embarquer sur le radeau ivre de l'artiste.
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 16:21
Vestiges de l'église St Michel du village détrut de Ornes dans la MeuseLe vent humide et froid n'ayant aucun effet sur nos organismes, nous avons profité du jour de l'An pour aller errer dans la forêt domaniale de Verdun. Dans cette forêt de 12.400 ha créée par reboisement dans l'ancienne "zone rouge" on trouve bien évidemment des pins noirs et sylvestres, des épicéas, des sapins et des aulnes mais en cherchant on peut également trouver... des ruines.

Sur la photo vous pouvez voir celles de l'église de Ornes (Google Maps), construite en 1828 à la gloire de St Michel. Avec la Chapelle construite en 1932 et les quelques maisons récentes, ces vestiges sont tout ce qui reste de ce village détruit en 1916.

Ornes existait déjà en 1046, date à laquelle il dépendait de l'abbaye Saint-Maur de Verdun. C'était l'un des bourgs les plus important du coin, et son château féodal avait plutôt la classe si on en croit les seigneurs de l'époque. Il y eu même jusque 1316 habitants au milieu du XIXe siècle, et il y en avait toujours 718 en 1913, juste avant l'exode causé par la Première Guerre Mondiale... et la destruction complète du village.

En tout on compte neuf villages détruits dans les mêmes conditions en Meuse (et bien plus dans toute la France). Pour des raisons de mémoire, mais aussi à cause de la présence trop importante de munitions non-explosées et de sols bouleversés et pollués, six d'entre eux n'ont jamais été reconstruits. Ce n'est pas le cas d'Ornes qui compte aujourd'hui cinq maisons et... deux habitants (Source : INSEE).

Articles connexes :

is _bug_fck
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
21 décembre 2007 5 21 /12 /décembre /2007 11:11
Eoliennes de Nixéville-Blercourt et Les Souhesmes-Rampont près de VerdunJe vais encore vous embêter avec des éoliennes, mais pas longtemps. Juste pour vous dire que les six éoliennes de  Nixéville-Blercourt et les Souhesmes-Rampont dont je vous parlais dans cet article sont toutes érigées et que les raccordements réseau sont en cours.

Dès qu'elles auront passé les derniers tests et qu'elles seront en fonctionnement vous ne devriez plus les voir dans cette posture asymétrique puisqu'elles se positionneront alors automatiquement face au vent.

Pour ceux qui veulent faire une belle photo de ce parc éolien sans prendre le risque inconsidéré de se garer sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute ou au bord du boulevard stratégique de Verdun (si si on les voit bien de là), je conseille la vue magnifique de la table d'orientation du monument de la Voie Sacrée (Google Maps) au moment où le soleil disparaît à l'horizon (pour cette photo je suis arrivé 2 mn trop tard).

Mais peut-être avez-vous d'autres points de vue à proposer ou des photos à partager ?


Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
5 décembre 2007 3 05 /12 /décembre /2007 07:58
Eolienne Bollée de SouillyC'est une éolienne pas tout à fait comme les autres qui fait la fierté de la commune de Souilly. Visible depuis la  Voie Sacrée, elle fait partie des rares exemplaires d'éoliennes de type Bollée intégralement restaurée (Google Maps).

C'est à Ernest-Sylvain Bollée, un fondeur de cloche itinérant originaire de Lorraine, que l'on doit, en 1868, cette turbine à vent originale destinée à remplacer le pompage manuel de l'eau. Ernest-sylvain utilisa une autre invention qu'il avait déposée 11 ans plus tôt, un bélier hydraulique permettant d'élever l'eau à une grande hauteur puis, après de nombreux essais, ajouta ce qui fit le succès de son éolienne : un petit rotor de pivotement ou "papillon orienteur" (non visible sur la photo) qui permettait à la turbine de se placer dans le vent. Celui-ci, en pivotant sur son axe, pouvait également stopper l'éolienne en cas de trop fortes rafales.

Avant 1914, l'éolienne Bollée avait été déclinée en trois modèles numérotés de 1 à 3 (pas très original...). Celle de Souilly est une n°3, elle fait d'environ 25 m de haut et son rotor atteint 5 m de diamètre (à comparer avec les 90 m voire 100 m des éoliennes actuelles).

La plupart des éoliennes Bollée disposaient également d'un escalier en colimaçon qui effectuait 6 tours autour du mât en fonte avant d'arriver au sommet. Nous verrons un peu plus loin pourquoi celle de Souilly n'en est pas équipée.

Les enfants, puis les petits enfants d'Ernest-Sylvain Bollée installèrent ces turbines dans toute la France jusqu'en 1898, date à laquelle, Auguste-Sylvain vendit son affaire à Edouard-Emile Lebert (mais pourquoi avaient-ils tous des prénoms composés ?). Ce dernier, avide de profits, décida de faire des économies substantielles en remplaçant le mât en fonte (et donc le superbe escalier en spirale) par une armature métallique équipée d'une simple échelle.

Voilà donc pourquoi l'éolienne de Souilly, commandée le 13 octobre 1899, et construite en 1901 et 1902, n'en était pas équipée.

En 1914 il existait environ 300 éoliennes Bollée en France. Aujourd'hui il en subsiste une soixantaine allant de l'état de ruine à celui de restauration complète.

  • Pour tout savoir sur les éoliennes Bollée il faut aller sur ce site qui recence 312 lieux accueillant ou ayant accueilli un jour une éolienne Bollée.

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 10:49
Lô expose à Euville Vous avez peut-être déjà vu l'info ailleurs sur des forums, des affiches, des blogs, peut-être même dans la presse : la Mairie d'Euville (Googlemaps) met sa salle d'Honneur, tout juste rénovée, à disposition de notre copine Lô pour une exposition photographique.

Je passe rapidement sur la qualité des photos et sur la vie que Lô sait leur insuffler en y apposant des titres souvent drôles, poétiques ou décalés. Le mieux est de vous faire une idée par vous même en visitant son blog ou, si vous préférez avoir la surprise, en venant directement visiter l'exposition.

Pour ce qui est de la salle d'exposition en elle-même, il est intéressant de noter que la mairie d'Euville est l'unique bâtiment public construit dans le style École de Nancy. Edifiée dans les années 1900 à partir de pierres extraites des carrières du village, elle est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1975 et fait ensuite l'objet d'une mesure de classement en 1992. Bref, un écrin parfait pour les oeuvres de Lô.

Deux semaines avant l'exposition, les préparatifs vont bon train. Sélection et impression des photographies en grand format, réflexions sur l'ordonnancement de la salle, commande des cadres, conception des systèmes de fixation. Autant de problèmes que Lô (photographiée ici par Casimir) résout les uns après les autres.

Mais ne vous inquiétez pas, tout sera prêt pour le vernissage, et vous pourrez même réserver sur place des tirages numérotés qui permettront à Lô de rembourser une partie de ses frais.

Ah !! J'ai hâte ! J'ai hâte ! J'ai hâte !

  • Exposition "Au fil de Lô"
  • Photographies de Lô
  • Du 15 au 23 décembre 2007
  • Salle d'Honneur de la Mairie d'Euville (55)
  • 5 rue des Carrières - 55200 Euville (près de Commercy)
  • Renseignements : 03.29.91.07.63
  • Entrée libre et gratuite tous les jours de 10h à 18h
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 20:23
chapelle.jpgNous nous étions déjà rendu au Château de Thillombois il y a quelques mois mais les grilles étaient restées désespérément fermées. Un indic nous ayant informé que Saint Nicolas avait été aperçu dans les parages nous avons décidé de retenter notre chance aujourd'hui (Google Maps).

Bien nous en prit puisque, non seulement nous avons pu apercevoir le saint barbu misérablement plagié par le Père Noël, mais en plus l'association Connaissances de la Meuse organisait la 8ème édition de sa manifestation sur le thème de la Saint-Nicolas. Au programme : Exposition, conférences, marché de St-Nicolas sous chapiteau, ateliers, spectacles pour enfants, grand feu d’artifice, et surtout une bonne occasion de fouiner à l'intérieur du château.

Ce château du XVIIe siècle, presqu'entièrement détruit en 1825 (à l'exception d'une tour carrée vestige de cette époque féodale), reconstruit, puis réaménagé dans le dernier quart du 19e siècle, est aujourd'hui loué par la Mairie de Mantes-la-Ville à l'association Connaissances de la Meuse qui en a fait un lieu de vie et un centre touristique et culturel.

Le Château est entouré d'un parc de 43 hectares au milieu duquel coule une rivière. Lors de notre visite l'intérieur était occupé par de nombreux stands mais on pouvait tout de même deviner la richesse de la décoration. Le plafond du salon rouge attire immanquablement le regard, la bibliothèque abrite de nombreux ouvrages anciens derrière de belles grilles dorées, et la superbe chapelle néo-gothique a conservé l'intégralité de son mobilier d'époque.

Aujourd'hui il est possible de louer le château pour des réceptions en tous genres. Le mieux si vous êtes intéressés est sans doute de se renseigner ici.
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 18:11
Gare Meuse TGVUne petite balade en voiture cet après-midi nous a emmenée, un peu par hasard, sur la commune des Trois Domaines issue de la réunion de trois villages (Issoncourt, Rignaucourt et Mondrecourt), à mi-parcours entre Verdun et Bar-le-Duc sur la RD1916-Voie Sacrée (ex-RN35). (Google Maps)

C'était l'occasin rêvée pour faire le plein de photos de la gare Meuse TGV, en tout cas de l'extérieur. En effet, cette gare n'est pas accessible en permanence, les arrêts en gare Meuse TGV étant le matin et en début de soirée, les horaires d'ouverture sont donc restreints à 6h30-9h30 le matin et 15h30-19h le soir. Pour la visiter, il vaut mieux le savoir...

Autre particularité de cette gare : son architecture originale. Ses formes sont sensées rappeler celles d'un village meusien avec le clocher pointu de l'église ; et les différentes essences de bois employées abondamment dans la construction de l'édifice proviennent des forêts environnantes. L'intégration de ce bâtiment dans le paysage serait donc parfaitement réussi, à mon sens, si les lignes électriques alimentant la LGV n'étaient pas aussi visibles !

Cette gare, résultat d'un combat acharné des élus locaux, permet aujourd'hui aux meusien de rejoindre Paris en 1h, Strasbourg en 1h30 et Bordeaux en 5h, mais ce combat continue pour obtenir, cette fois, des horaires adaptés ainsi que de nouveaux arrêts qui permettraient de se rendre à la capitale pour des demi-journées.

Pour tout savoir sur les horaires, les lignes, les tarifs et les navettes pour Verdun et Bar-le-Duc il faut aller sur le site du Conseil Général de la Meuse.

Cliquez sur l'image pour voir la gare, en entier :)

Article connexe :
ti_bug_fck
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 17:31
Restaurant Le Goumier à VerdunAujourd'hui nous a fait découvrir un restaurant marocain bien sympa : Le Goumier.

Le Goumier est un restaurant très récent situé à Belleville-sur-Meuse (Google Maps), tellement récent d'ailleurs qu'il n'a pas encore d'enseigne (celle-ci est toutefois en cours de fabrication et représentera un goumier de 2m40 de haut).

La devanture ne paie donc pas de mine pour le moment, mais dès que l'on rentre dans le restaurant c'est une autre histoire. Les faïences sont superbes, le salon situé dans la véranda a l'air des plus confortables et permet de profiter à la fois du soleil et de la Meuse, les toilettes sont réellement impressionnantes (je me demande si elles ne sont pas plus belles que celles du Coq Hardi...). Bref, le cadre est vraiment agréable.

Le patron, sympathique à souhait, vous proposera des couscous et tajines vraiment irréprochables. La semoule est bien fine comme je les aime, les accompagnements vont des plus classiques (légumes, merguez, poulet, etc.) aux plus originaux (mélanges sucré/salé à base d'ananas par exemple). Et les raisins secs sont vraiment terribles !

En dessert, nous avons pris un assortiment de pâtisseries orientales et du thé à menthe (très bon aussi le thé à la menthe !).

Bon, je me rends bien compte que cet article ressemble plus à une publicité qu'à une critique gastronomique mais franchement je ne trouve à rien à redire. Si vous l'avez testé n'hésitez pas à nous dire ce que vous en avez pensé...
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 19:43
Eolienne Gamesa G90Je m'apprétais à prendre l'autoroute A4 pour me rendre à Reims en début d'après-midi lorsque je me suis rendu compte que les éoliennes situées entre Nixéville-Blercourt et les Souhesmes-Rampont étaient enfin en construction (Google Maps).

En fait, les fondations avaient été coulées depuis quelques temps déjà mais cette fois-ci on pouvait voir une grue assembler les différents éléments du mât d'une éolienne Gamesa G90.

En revenant à Verdun en fin d'après-midi c'était 2 mâts de 78 m surmontés de 2 nacelles de 142 tonnes chacune qui avaient été montées. Et un rotor attendait sagement, suspendu à sa grue, qu'un opérateur le fixe à une des nacelles. En m'approchant du chantier j'ai pu voir les 3 pâles d'une éoliennes négligemment abandonnées au bord du chemin à proximité de bouts de mâts d'une troisième éolienne. M'est avis que son propriétaire retrouvera facilement ces 3 pâles de 45 m chacune...

D'ici quelques jours ce seront 6 éoliennes de 2 MW chacune qui trôneront au bord de l'autoroute entre ces villages. Celles-ci font partie des 156 éoliennes ayant déjà obtenu un permis de construire dans la Meuse pour un total de 324,5 MW (chiffres donnés par la Préfecture au 16/05/2007). Cela fait de la Meuse un des tous premiers départements en matière de développement éolien.

Les pâles de ces 156 éoliennes balaieront une surface correspondant à 1/7 de la surface totale de la Meuse et permettront d'alimenter environ 250 000 foyers en électricité (hors chauffage électrique et eau chaude sanitaire). Sachant qu'il n'y a que 88 000 foyers en Meuse je trouve que ça en jette un max !

Pour en savoir plus sur les parcs éoliens meusiens je vous invite à visiter le site Eole-meuse (pas vraiment 100% compatible avec Firefox mais vraiment très complet puisque vous pourrez suivre en chiffres, en photos et en vidéos les travaux de pratiquement tous les parcs de la Meuse).

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories