Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 07:00
Cépridou ?Comme la dernière partie de Cépridou avait été un peu rapide, je vous propose une nouvelle photo qui, je l'espère, vous posera un peu plus de problème.

Le truc blanc au milieu de la photo est bien évidemment le monument à la Victoire et aux soldats de Verdun.

Reste à savoir de quel endroit on peut le photographier par dessus les toits...

Articles connexes :

Repost 0
Published by Bertaga - dans Jeux
commenter cet article
10 juin 2008 2 10 /06 /juin /2008 07:00
Lucifer dans la Cathédrale de Liège L'association Diotime et le Centre Mondial de la Paix nous proposent une conférence intitulée "le diable dans les Arts". Celle-ci sera animée par Arnaud Georges et traitera plus particulièrement du diable et du mal dans la peinture, la littérature et le cinéma.

Satan, Belzébuth, Asmodée, Azazel, Lucifer, Méphistophélès. De l'Enfer de Dante au Paradis perdu de Milton, de Faust au Portrait de Dorian Gray, le diable est partout représenté ou suggéré, s'invitant même jusque dans les cathédrales (la photo représente une statue de Lucifer dans la cathédrale St-Paul de Liège) ; et il sont légions ceux qui ont cru pouvoir accéder au bonheur en pactisant avec cet ange déchu.

Depuis des siècles il hante l'imaginaire collectif, suscitant effroi et fascination. Aujourd'hui il a déserté les esprits superstitieux pour trouver refuge dans le cinéma et la littérature. Au fil du temps et des arts, cette conférence vous invite à une ballade infernale à la croisée de l'esthétique et de la métaphysique.

Conférence : le diable dans les Arts
mercredi 18 juin à 20h30
Centre mondial de la Paix (salle voûtée)
Entrée gratuite

Repost 0
Published by Bertaga - dans Les événements
commenter cet article
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 07:00
La zone rouge de VerdunCommençons par une petite mise au point : la zone rouge de Verdun n'a absolument rien à voir avec le succulent nectar à consommer avec modération résultant de la fermentation des cépages des côtes de Meuse et vulgairement appelé "gros rouge qui tâche". Ceci étant dit, venons-en au sujet qui nous intéresse.

La Première Guerre Mondiale a laissé derrière elle une ligne de front dévastée. Un paysage lunaire de 120.000 hectares où la moindre trace de végétation avait disparu, constitué pour l'essentiel de trous d'obus remplis d'eau boueuse, d'amas de métal et de bouts d'hommes épars.

Sols bouleversés, villages détruits, munitions non explosées, pollutions au plomb, au mercure et aux gaz de combat... le coût d'une remise en état de ce territoire était tel qu'il fallut abandonner l'idée de lui redonner sa fonction d'antan, d'autant plus que d'innombrables corps étaient (et sont toujours) ensevelis en profondeur et que cet immense cimetière méritait d'être préservé.

Ce territoire, constitué essentiellement d'anciennes terres agricoles (et non de forêt comme certains le croient parfois), devint donc la propriété de l'Etat par une loi promulguée le 17 avril 1919. Les terrains furent achetés aux propriétaires dans un périmètre délimité en concertation avec les maires de l'époque. La "zone rouge" était née et fut ainsi nommée en référence à la couleur du trait sur la carte (et non à la couleur du sang).

Champ de tirL'Etat conserva la propriété des vestiges de guerre (forts, Ossuaire, etc.) et quelques sites propices à entraîner de nouvelles recrues à la mémoire courte, puis confia progressivement la gestion du reste à l'Office Nationale des Forêt qui entretient désormais la Forêt Domaniale de Verdun créée à l'intérieur de cette zone rouge dans les années trente (après un petit nettoyage du terrain qui a tout de même mobilisé quelques milliers d'hommes).

Mais aujourd'hui encore, ces terres polluées ne sont toujours pas déminées. Henri Belot, responsable du service de déminage régional de Lorraine, explique par exemple que "la dépollution absolue des forêts de Verdun par détection électromagnétique est une quasi-impossibilité, du fait de la forte proportion d'éclats, de barbelés et autres ferrailles présentes dans le sol. Par ailleurs nombre d'engins sont enfouis sous le rayon d'action des détecteurs de surface. Pour dépolluer la zone des combats, il faudrait éliminer la forêt sur des dizaines de milliers d'hectares, décaper le sol sur une profondeur d'au moins un mètre, trier les terres extraites, et procéder à la détection électromagnétique des sols vierges ainsi mis au jour : ce serait une nouvelle catastrophe pour l'environnement, et aussi pour les finances de l'Etat."

En Meuse, le nombre de munitions neutralisées chaque année par les services de déminage est toujours impressionnant. Ce sont en effet plus de 100.000 kg de munitions et d'explosifs qui ont été traités au cours des années 2001, 2002 et 2003 (les trois quarts seulement étant imputables à la bataille de Verdun).

Dans tous les cas, rappelez-vous qu'il ne faut pas jouer avec les obus et les grenades rouillées que vous trouvez dans les bois. D'une part parce que c'est interdit, et d'autre part parce qu'il y a de fortes chances que vous ne puissiez plus venir sur mon blog lorsque vous aurez perdus vos mains.

Mais rassurez-vous, comme le dit Henri Belot :"nous n'avons pas d'exemple d'accident entièrement fortuit survenu à des promeneurs des champs de bataille. Tous les accidents de personnes survenus résultent de l'action délibérée d'une des victimes, et d'une faute impardonnable dans la grande majorité des cas".

Source :
  • Historique de la zone rouge, par Gérard DOMANGE, professeur agrégé d'histoire-géographie
  • Entretien avec Henry Belot, responsable du service de déminage régional de Lorraine.
 

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 07:00
L'Eglise Saint Sauveur de VerdunLe bâtiment que nous voyons en contre jour sur cette photographie (et que l'on voit un peu mieux dans le deuxième Cépridou?) est l'église saint Sauveur de Verdun (Google maps).

Je dois vous avouer que j'ai eu un peu de mal à trouver des informations sur cet édifice qui ne figure même pas dans la base Mérimée des monuments historiques. C'est en parcourant un livre offert par la municipalité lors de notre arrivée à Verdun que j'ai déniché quelques infos sur ce mystérieux édifice.

Pour commencer, il ne s'agit pas de la première église Saint Sauveur de Verdun puisqu'il y en eut deux avant elle.

La première a été bâtie au XIe siècle dans la rue Saint Sauveur, près de l'hospice Sainte Catherine. Elle résista au temps et aux hommes pendant pratiquement huit siècles, et fut détruite pour vétusté en 1798.

La deuxième fut construite en 1830 à l'emplacement du couvent des minimes au bout de la rue du même nom. Elle existait encore en 1901 lorsque Edmond Pionnier écrivit son livre "Verdun - Promenade historique et pittoresque". Il précise d'ailleurs qu'elle était affublée de deux tours carrées et d'un portail sans caractère. J'imagine qu'elle a été détruite pendant la Première Guerre mondiale.

La dernière, celle que nous pouvons voir aujourd'hui, date de 1931. Elle a été construite à l'emplacement de l'ancien hôpital Saint Hippolyte détruit pendant la première guerre mondiale. Cela explique sûrement la présence de la statue de Saint Hippolyte à gauche de l'entrée, pas loin de celle de Saint Nicolas, patron de la Lorraine.

Article connexe :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Les monuments
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 07:00
L'église Saint SauveurC'est reparti pour le grand jeu du "Cépridou ?"

Comme la dernière fois ce n'est pas la peine de m'envoyer des courriers électroniques pour avoir des indices, je ne vous dirai pas qu'il s'agit de l'église Saint Sauveur.

Alors, c'est pris d'où ?
Repost 0
Published by Bertaga - dans Jeux
commenter cet article
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 07:00
Bien dans mes sabotsLe Comité Régional du Tourisme de Lorraine organise un concours qui vous permettra peut-être de gagner une paire de sabots customisés ou un séjour original pour deux personnes.

Le concours est constitué d'un petit quizz de six questions, et la véritable sélection des gagnants se fera par tirage au sort.

Le site internet créé spécifiquement pour le concours est vraiment sympa (un peu dans le style de la pub SFR). Mention particulière pour le cochon ailé qui tire sa banderole "bien-dans-ses-sabots.com" dans le ciel lorrain.

Si l'un de vous gagne des sabots, merci de nous envoyer une photo dondaine !

Repost 0
Published by Bertaga - dans Les événements
commenter cet article
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 07:00
Cimetière Saint Hilaire de Marville On est tellement habitué à entendre parler de l'Ossuaire de Douaumont qu'on en oublierait presque que ce n'est pas le seul ossuaire de Meuse. Allez, aujourd'hui je vous emmène faire un petit tour dans le cimetière Saint Hilaire de Marville (Google maps), parfois également appelé cimetière des os rangés (et non pas "des orangers" comme j'avais cru le comprendre lorsqu'on m'en avait parlé la première fois). Vous allez voir qu'il vaut la visite...

Constant MotschSur les hauteur de ce superbe village du nord meusien, qui tient son nom d'un ancien temple dédié à Mars, se trouve un des plus vieux cimetières de France, certaines sépultures datant du XIe siècle. C'est dans ce cimetière que sont enterrés depuis des siècles les gens du pays ainsi que les lépreux du diocèse de Trêve dont la maladrerie de Marville constituait l'avant-dernière demeure (juste avant le cimetière). Le "Christ des Lépreux" qui garde l'entrée des lieux est là pour en témoigner, tout comme la "Vierge des Lépreux" nichée non loin de là.

Le problème de ce cimetière, d'une surface d'environ 1 ha, c'est qu'il n'est pas extensible. C'est là qu'intervient Constant Motsch (crédit photo : collection Maillard). Vers 1890 il est le gardien attitré du cimetière (il habite d'ailleurs dans la maison du gardien, c'est bien la preuve, non ?), et il a une idée de génie : récupérer les ossements retirés des tombes qui ne sont pas des concessions à perpétuité, les classer consciencieusement, et les empiler dans un appentis à colonnades qui fera office d'ossuaire. Ca paraît tout bête comme ça mais, si on en croit la pancarte au dessus du petit édifice en partie ouvert aux vents, ce sont tout de même 40.000 crânes qui seraient ainsi exposés à notre regard incrédule.

Ossuaire de Marville Soucieux de perpétuer dans la mort les inégalités de classes auxquels les vivants sont tellement attachés, ceux qui ont empilé ces ossements ont également réservé un traitement de faveur aux notables locaux, leurs crânes étant mis en valeur dans des boîtes finement travaillées mais malheureusement usées par le temps. Usure qui prouve, si cela était nécessaire, que le temps n'épargne rien ni personne. C'est d'ailleurs ce que rappelle l'inscription suspendue à l'intérieur de l'ossuaire :

"Nous avons été comme vous, vous serez comme nous, priez dieu pour nous"

PS : Merci à M. Maillard pour la photo en noir et blanc de son arrière grand-père et les infos qu'il m'a envoyées.

Article connexe :

Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 07:00
Festival Musiques et Terrasses 2008Et oui ! Nous sommes à quinze jours du coup d'envoi du festival Musiques et Terrasses 2008. Il est donc temps que je vous parle un peu de cet événement phare de la vie culturelle verdunoise.

Du 14 juin au 16 août vous allez pouvoir assister gratuitement aux dix concerts qui se dérouleront chaque samedi soir sur le quai de Londres de Verdun ; un cadre idyllique pour ces concerts à ciel ouvert qui animeront le centre ville pendant presque deux mois et nous ouvriront de nouveaux horizons musicaux.

Personnellement je dois avouer que je ne connais aucun des groupes programmés, et c'est tant mieux ! J'ai découvert des groupes très bien l'année dernière et il n'y a pas de raison que cela ne soit pas aussi le cas cette année :)

Pour patienter voici donc le programme avec en plus quelques extraits musicaux. Et si vous voulez en savoir un peu plus sur les artistes, la programmation et les activités qui se dérouleront en marge du festival il vous suffit de cliquer sur l'affiche, ce qui aura pour effet de vous téléporter instantanément sur le site officiel du M.E.T.

  • 14/06/08 BAZBAZ 
  • 21/06/08 Fête de la musique et Tremplin scène actuelle meusienne
  • 28/06/08 NINA VAN HORN
  • 05/07/08 ALEX TOUCOURT + MORIARTY
  • 12/07/08 AYALOBA + THINK OF ONE
  • 19/07/08 L'ALBERT + KWAL
  • 26/07/08 CAMEL ARIOUI + RODOLPHE TESTUT
  • 02/08/08 CHERCHEZ L'ERREUR + SOHA
  • 09/08/08 SECOND SEX
  • 16/08/08 LOVA ME AMOR + ZION TRAIN
 Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans Les événements
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 07:00
Monument Maginot de Fleury-devant-DouaumontLorsque que l'on sort de Verdun et que l'on se dirige au nord vers le "champ de bataille" c'est le premier monument que l'on peut observer (Google Maps). Sur le bord de la route, le long du massif forestier de Souville, le monument Maginot représente Le Caporal André Maginot blessé et soutenu par le soldat François-Joseph Jolas qui lui sauva la vie pendant la bataille de Verdun.

André Maginot, bien que né à Paris, n'en restait pas moins meusien de coeur. Il devint Conseiller Général de Revigny-sur-Ornain (le village de ses parents) puis Député de Bar-le-Duc en 1910, mandat qu'il conservera jusqu'à sa mort.

En 1913, il devient sous-secrétaire d'État à la guerre et, lorsque la guerre éclate, il s'engage comme  simple soldat et demande à rejoindre une compagnie sur les Hauts de la Meuse. Il sera ensuite blessé, évacué, décoré et gradé ; parcours idéal pour devenir ensuite Ministre des pensions puis Ministre de la Guerre sous le gouvernement Poincaré.

C'est dans ces années 20 qu'il va lancer l'idée d'une frontière fortifiée pour protéger la France d'une éventuelle revanche allemande. Remplacé par Paul Painlevé en 1924, il travaillera à lever les fonds nécessaires à la réalisation de son projet. La "ligne  Maginot" sera finalement réalisée par Painlevé dans les années trente grâce aux 3,3 milliards de francs récoltés par Maginot qui mourra dans la nuit du 7 janvier 1932 de fièvre typhoïde.

Il existe un deuxième monument dédié à André Maginot en Meuse, il se situe à Revigny-sur-Ornain, là où il fut inhumé le 10 janvier 1932.

Et pour finir, voici une petite citation qui fera passer ce Ministre de la Guerre pour un grand humaniste : "Les organisations défensives des frontières dont nous voulons l'exécution n'ont pas d'autre but que de barrer la route à l'invasion toujours possible. Le béton vaut mieux à cet égard et coûte moins cher que le mur de poitrines..." [André Maginot, Discours devant le Parlement pour défendre son projet].

Articles connexes :
Repost 0
Published by Bertaga - dans En Meuse
commenter cet article
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 07:00
L'Ossuaire de Douaumont Le jeu est facile, il suffit de deviner de quel endroit a été pris une photo.

C'est parti avec cette première photo (et ce n'est pas la peine de me demander des indices par mail, je resterai muet comme une taupe)...

... Bon ok, je vous donne un indice : il s'agit de l'Ossuaire de Douaumont :-)

Alors, c'est pris d'où ?
Repost 0
Published by Bertaga - dans Jeux
commenter cet article

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories