Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 07:00
Lettre du Maire de VerdunLe Maire de Verdun a adressé une lettre aux parents d'élèves du Collège Barrès afin de leur expliquer pourquoi il était dans l'intérêt des enfants de fermer leur collège.

L'argumentation s'appuie sur des chiffres, qualifiés de "dramatiques", tendant à montrer que les élèves de 3ème à Barrès ont 3 fois moins de chance que ceux de Buvignier d'accéder en Terminale. D'après cette lettre, les élèves ayant quitté le collège Barrès en 2003 ne seraient ainsi que 14,7% à avoir accédé à une Terminale Générale ou Technologique en 2006.

Vous me connaissez, je suis curieux, alors j'ai recherché ces chiffres sur le site de l'académie Nancy-Metz. Mais je ne les ai malheureusement pas trouvé (si quelqu'un peut m'indiquer la source de la Mairie je suis preneur).

Par contre les données officielles de l'académie indiquent que 80,6% des élèves entrés en 6ème à Barrès en 2003 ont accédé au second cycle en 2008 (contre seulement 79,0% pour Buvignier). Le site académique précise également que le taux attendu pour Barrès n'était que de 76,1%, ce qui tend à montrer l'efficacité du classement en ZEP de ce collège.

Parmi les élèves de 3ème générale qui sortent du collège Barrès, 56,3% choisissent alors la filière Générale et Technologique (contre 56,2% pour Buvignier).

Les données officielles nous informent également sur le devenir de ces élèves entrés en 2nde Générale et Technologique en 2007. Et là, surprise ! Ceux de Barrès sont 7,1% à avoir redoublé leur seconde, alors que ceux de Buvignier sont 13,6%. Au final, les élèves de Barrès orientés vers une 2nde sont 85,7% à passer en 1ère Générale ou Technologique sans redoubler leur 2nde (contre seulement 81,5% pour ceux de Buvignier). Oui, vous avez bien lu : les élèves de Barrès réussissent mieux en 2nde que leurs copains de Buvignier !

Quant aux élèves qui avaient préféré s'orienter vers une filière professionnelle à la sortie du collège, ils sont 10% à abandonner leurs études à la fin de la seconde lorsqu'ils viennent de Buvignier (contre seulement 4,8% pour Barrès). Mais de ceux-là, le Maire n'en parle pas.

Même si je ne les ai pas trouvées, je ne remets pas en cause les (vieilles) statistiques fournies par le Maire sur les élèves sortis de Barrès en 2003, mais les données officielles et récentes du site académique concernant les élèves sortis de Barrès en 2007 sont très proches de celles des élèves de Buvignier, et même souvent meilleures. Elles ne peuvent donc pas être une justification à la fermeture du Collège Barrès.

Voilà pour la bataille de chiffres (pour les plus sceptiques, voici les statistiques de Barrès et de Buvignier, année de référence 2008, que vous pouvez retrouver directement sur le site de l'académie).

Passons maintenant aux éléments qui m'ont le plus choqué.

Premièrement, la mise en avant de "l'Intérêt des enfants" (avec un "i" majuscule) pour justifier, non pas la création ou l'aménagement, mais la fermeture d'un établissement scolaire. J'ai du mal à croire que surcharger le collège Buvignier (qui accueille déjà 573 élèves) et le collège St Exupéry de Thierville (complet avec ses 427 élèves) soit une chance pour les élèves. J'ai également du mal à croire que les collégiens de Barrès réussiront mieux si on supprime les aides spécifiques dont ils bénéficient actuellement par le biais du classement en ZEP.

Deuxièmement, l'idée que le déficit de mixité sociale, jugé responsable des résultats prétendus insuffisants des élèves de Barrès, puisse être réglé par "le regroupement stimulatif des élèves de Barrès sur Buvignier".

D'une part, la mixité sociale ce n'est pas aller étudier dans les beaux quartiers et retourner dormir dans sa cité. La mixité sociale ne se décrète pas, elle se construit dans le cadre d'une politique d'urbanisation cohérente, par exemple en modifiant la sectorisation scolaire comme le préconise le "rapport sur la mixité scolaire à l'école et au collège" de mars 2002, sûrement pas en fermant un collège.

D'autre part, il reste à déterminer quel pourrait être l'effet d'une augmentation de la mixité sociale à l'intérieur d'un collège sur les résultats scolaires des élèves. En clair, envoyer les enfants du quartier des Planchettes étudier dans le centre ville changera-t-il quelque chose au fait que les enfants de cadres sup ont 8 fois plus de chance d'obtenir le Bac S que les enfants d'ouvriers ? Pour vous éclairer sur cette question ô combien complexe je vous invite à lire cet article d'un chercheur en économie publique (pour ceux qui n'ont pas envie de lire ce long article, la réponse de l'auteur est "pas vraiment, l'environnement familliale compte pour beaucoup, et il serait plus efficace de réduire le nombre d'élèves par classe, et de développer l'accompagnement scolaire dans les établissements où se concentre l'échec scolaire").

Enfin, la lettre du Maire se termine par un rappel : la décision de fermeture du collège n'appartient  pas à la ville de Verdun mais au Conseil Général. Précisons seulement que cela ne doit pas empêcher  la municipalité de défendre les intérêts de ses concitoyens, et en particulier les plus jeunes.

Ça m'embête d'être obligé d'écrire ce genre d'article. Je préférerais me concentrer sur les paysages bucoliques et le patrimoine meusien mais, que voulez-vous, j'aime ma ville (oui, je dis ma ville, même si ça ne fait pas longtemps que j'y habite) et j'ai envie de l'aimer encore autant dans quelques années...

Pour en savoir plus :

Article connexe :

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertaga - dans Verdun : la ville
commenter cet article

commentaires

Scherrer Vincent 05/12/2008 07:54

Abraham Lincoln a dit "Si vous trouvez que l'éducation coute chère, essayez l'ignorance"...juste pour faire du lien avec cette absence de "reflexion à long terme"Mais une reflexion à court terme a t elle seulement été envisagée?Ce qui apparaît, c'est que ces quelques commentaires, alliant humour, dérision et clairvoyance, sur un sujet aussi important, montrent à quel point la population verdunoise n'est pas dupe des enjeux de ce dossier!Rendez vous le samedi 13 Décembre à 14h00 sur le parvis du monument!A bientôt!

didot gilles 02/12/2008 22:07

Un blog bien foutu, sobre, sérieux mais aussi convivial. Bravo.Je suis venu lire l'article sur le collège Barres. Article bien écrit, au milieu d'autres sur des thèmes bien différents. Bravo !

Emeric 02/12/2008 21:01

BonjourJe vous remercie de metre un article sur barrès :)J'était déjà venu voir l'article mais je n'avait pas eu trop le temps de laisser un commentaire donc je le fait maintenantIl faut que le collège Maurice Barrès reste ouvert c'est important Venez nombreux samedi 13 décembre a 14h au monument de la victoire  merci a tous

Dorian CESSA 02/12/2008 00:08

Il est bon de rétablir la vérité, et c'est un registre, qui est celui de prise de position, dans lequel on ne voit pas souvent Bertaga, mais, c'est une façon de montrer qu'encore une fois, il est toujours au plus près de la vérité.
La fermeture de Barrès serait une grave erreur pour toute l'éducation du val verdunois, mais j'ai ma petite idée quand à la raison du soutien borné de la mairie de Verdun au Conseil Général. Pour ceux qui veulent connaitre mon hypothèse, faites moi signe.
Je ne suis pas issu de Barrès, mais je connais un certain nombre de lycéen issus de Barrès et il y en a dans toutes les sections générales, même celles considérées comme celles d'élites. J'ai eu la chance de passer par Thierville (je dis ça simplement car je suis convaincu que c'est un excellent collège) qui a le mérite d'avoir les meilleurs taux de réussite au brevet de tout le département depuis un certain nombre d'années. Mais la question n'est pas là, alors que partout on tire sur la ficelle de l'Education Nationale et notamment dans les lycées : classes surchargées, suppressions d'options, réforme vers un sens d'uniformalisation cachée du bac... La mairie de Verdun et le Conseil Général doivent-ils ainsi fermé la boucle d'une Education Nationale en déroute ? Que ces deux collectivités prennent leurs responsabilités, qu'elles ne relayent pas la minimisation de l'Education de ceux qui feront la France de demain.
Cela serait quand même le comble qu'on se retrouve dans une petite ville, qui a, en terme d'éducation, les désaventages d'une grande, avec des collèges surchargés, où la place de chacun est réduite. La fermeture éventuelle de Barrès n'est pas l'affaire de Barrès, c'est l'affaire de toute la Ville, de tous les parents d'élèves, de tous les élèves, de tous ceux qui croient en l'Education.
Au vue de la situation, je serai des votres le 13 Décembre, et je ferai écho de ce sujet au sein de Margueritte.

mélanie pierrot 26/11/2008 18:14

Merci encore pour votre prise de position et pour avoir rétabli la vérité par votre article. La décision par vote des conseillers généraux sera prise le 18/12/08, avant cette date, le collectif "le collège Barrès vivra" organise un nouveau rassemblement le samedi 13 décembre à 14h au monument de la victoire. Venez nombreux comme vous l'avez fait la fois dernière, merci.

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories