Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 22:40
La statue du général Jean-Auguste Margueritte au carrefour des maréchaux de Verdun Chose promise... chose due : je vais vous parler de la famille Margueritte. De Jean-Auguste, tout d'abord, puisque c'est lui qui a donné son nom au lycée de Verdun, mais également de ses deux marmots Paul et Victor qui ont accepté qu'il en soit ainsi.

Jean-Auguste Margueritte est né le troisième mercredi de l'année 1823 à une quinzaine de kilomètre à l'est de Verdun, dans le petit village de Manheulles. Son père Gendarme est envoyé à Kouba en 1831. C'est ainsi que Jean-Auguste fêta son neuvième anniversaire, et beaucoup d'autres ensuite, sur le sol algérien. Il apprend rapidement l'arabe, s'engage dans les gendarmes maures et gravit rapidement les échelons. En 1842 il est maréchal des logis, en 1843 il est nommé chevalier de la Légion d'Honneur, entre 1862 et 1864 il part faire une petite expédition au Mexique de laquelle il reviendra avec le grade de colonel. Nommé général de brigade à alger en 1867, il reviendra sur le sol métropolitain participer à la guerre contre la Prusse en 1870. Il est fait général de division le 1er septembre de la même année mais, manque de bol, il se prendra une balle en pleine tête le même jour à la bataille de Sedan.

Mort dans un contexte où le patriotisme avait plutôt le vent en poupe, l'autorisation fut naturellement demandé à ses fils de pouvoir donner son nom au collège créé en 1907 entre la Place Galland et la rue Saint Sauveur à Verdun, collège qui deviendra ensuite le Lycée Jean-Auguste Margueritte. Comme si cela ne suffisait pas, il donnera également son nom au village fondé en 1885 sur le lieu-dit Aïn-Turki en algérie (qui a aujourd'hui repris le nom de Aïn-Torki wilaya Aïn-Defla Google Maps) ainsi qu'à un quartier d'Alger, et il laissera derrière lui plusieurs statues : une statue de bronze  de 3 m de haut sur la place de Kouba (algérie), et une en pierre au carrefour des maréchaux de Verdun (Google Maps).

Paul (1860-1918) et Victor (1866-1942) héritèrent de leur père une sainte horreur de la guerre et, comme leur cousin Mallarmé, ils préféreront s'adonner aux joies de l'écriture. La femme et la fille de Paul, toutes deux romancières, viendront compléter le tableau.

A noter que Paul fera partie de la première "tablée" de l'Académie Goncourt en 1900 tandis que Victor échouera de peu en 1907.

Les frères Margueritte écrivirent en commun le cycle romanesque "Une Époque" : les quatre romans qui le composent ont pour toile de fond la guerre de 1870 et ses conséquences. Ils y prônent non pas un pacifiste bon teint, mais une paix durable par le rapprochement des peuples.

Egalement engagés dans les luttes sociales et pour l'égalité et le droit des femmes, Paul publiera notamment à ce sujet Adam, Ève et Brid'oison, tandis que son frère fera scandale avec son roman La Garçonne (1922), qu'il adaptera pour le cinéma en 1936. Le scandale provoqué par ce livre (qui met en scène une femme qui veut être aussi libertine que son mari) lui vaudra d'être déchu de sa Légion d'Honneur sous la pression de la "Ligue des Pères de Famille". Victor sera également l'objet d'un livre publié en 1991 par Patrick de Villepin (le frère de Dominique Galouzeau) Victor Margueritte - La vie scandaleuse de l'auteur de "La garçonne".

Voilà, tout cela pour dire que le Lycée Jean-Auguste Margueritte pourrait tout simplement porter le nom de la famile Margueritte, au même titre que le Collège Buvignier porte celui de la famille Buvignier.

"O Patrie, que de criminels impunis sous ton masque!" — Victor Margueritte.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bertaga - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

cornu anne marie 22/04/2010 16:45



bonjour


très interessant mais avez-vous des infos sur la généalogie MARGUERITTE. Si oui pouvez-vous me contacter. Merci.


 



Luc-Yves Margueritte 06/01/2009 16:25

Merci pour votre article. Cela fait plaisir de voir que la famille n'est pas complètement tombée dans l'oubli...

Bertaga 06/01/2009 16:42


De rien


bunny le chti 01/03/2008 11:37

salutDestin tragique mais c'est la loi de la guerreEn ce moment j'ai un petit problème de dos, alors je suis allongé SI TU VEUX TE MARRER VA VOIR SUR LE Blog du MINEUR EN BALADE  http://lemineur.over-blog.comIL Y A DEUX VIDEOS SUPER HILARANTESLe strip-tease de madonna et la chanson du p'tit quinquin revu et corrigé par les MAMIES A bientôt sur le web.LOL LOL

sister for ever 28/02/2008 23:14

Fort intéressant comme toujours... pas de jaloux, on avait la famille Buvignier, on a la famille Margueritte.Pauvre Victor... en voyant de «là-haut» l'élection de Miss France il doit se dire que finalement les choses n'ont pas beaucoup changé depuis 1922... Geneviève n'était pas née pourtant...

Bertaga 29/02/2008 09:39

En effet, Geneviève Poirot, dite de Fontenay, n'est née qu'en 1932 (en lorraine), et elle ne doit pas avoir lu une seule ligne des oeuvres de nos amis Margueritte...C'est pourtant à cela que servent les livres.

Philippe Burlet

Un artiste verdunois qui roule des mécaniques

image1

Catégories